Le mari de mon frère

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien 🙂 Je commence à préparer mon projet de mémoire de seconde année sur les romans steampunk, et c’est jouissif de me dire que je vais pouvoir m’acheter plein de romans, et même aller au Salon du Fantastique pour le travail. Meilleure excuse du monde ❤ Enfin après il faut que j’arrive à convaincre mon directeur de recherches, c’est pour ça que je dois mettre les bouchées doubles tout de suite u.u

Nouvelle chronique littéraire pour ce samedi, je voulais absolument vous faire découvrir ce manga ! Je l’ai découvert à la bibliothèque municipale de Sathonay-Camp où je travaille (c’est juste au nord de Lyon), et qui a un super fond de mangas, ça m’a très agréablement surprise ! Et parmi leurs nouvelles acquisitions se trouvait un manga en 4 tomes de Gengoroh Tagame, Le mari de mon frère. Le titre annonce la couleur. Il faut savoir que l’auteur faisait surtout des mangas homoérotiques avant ce titre, aussi il a surpris pas mal de monde en faisant un manga lisible par tous et au sujet plus social, mais ce fut un coup de maître : le manga a cartonné au Japon ! En effet, il touche pas mal de sujets sensibles, comme vous pouvez vous en douter. Personnellement, j’ai beaucoup apprécié ma lecture, et j’adorerais pouvoir la faire connaître à davantage de lecteurs 😀

Résumé : Yaichi élève seul sa fille.
Mais un jour, son quotidien va être perturbé…
Perturbé par l’arrivée de Mike Flanagan dans sa vie. Ce Canadien n’est autre que le mari de son frère jumeau ! Suite au décès de ce dernier, Mike est venu au Japon, pour y réaliser un voyage identitaire dans la patrie de l’homme qu’il aimait. Yaichi n’a alors d’autre choix que d’accueillir chez lui ce beau-frère homosexuel, vis à vis de qui il ne sait pas comment se comporter.
Mais ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ? Peut-être que Kana, avec son regard de petite fille, saura lui donner les bonnes réponses…

Mon avis : 

Tout d’abord, j’ai beaucoup aimé le style de dessin du mangaka, il est plein de douceur et correspond à merveille à l’atmosphère du manga ; j’avoue que même si le sujet peut me plaire, le dessin est très important dans mon appréciation de ce genre de littérature, et je suis très contente d’avoir pu lire les quatre tomes jusqu’au bout sans en avoir marre de la patte graphique 🙂 On voit bien d’ailleurs que le dessinateur a l’habitude de dessiner des sujets érotiques : non pas qu’on voie des corps à poil toutes les cinq minutes, mais quand on voit Mike ou Yaichi sous la douche ou aux sources chaude, on constate vite que les détails du corps sont très soignés et particulièrement la musculature ^^

Comme vous avez pu vous en douter, de nombreux sujets sensibles sont abordés, et le premier d’entre eux, c’est l’homosexualité et l’homophobie, surtout l’homophobie passive qui consiste à ignorer le phénomène homosexuel sans pourtant se définir comme homophobe, ce qui encourage à terme des comportements purement blessants et homophobes. Chacun des quatre tomes comporte des petits « cours de culture gay » donnés par le personnage de Mike, et qui visent à familiariser le public avec des choses comme les drapeaux et les symboles de la culture LGBT, la gay pride ou encore le coming out, à ne pas confondre avec le outing (quand quelqu’un d’autre que la personne concernée révèle que cette personne est homosexuelle, ce qui est très souvent une chose à ne surtout pas faire). On voit que ce sont surtout les adultes qui réagissent mal à l’homosexualité : Yaichi qui ne sait pas quel comportement adopter comme s’il s’agissait d’un extra-terrestre et non de son beau-frère, ou d’autre personnes de son entourage qui craignent une mauvaise influence sur leurs enfants. Mais pour lesdits enfants, tout leur paraît naturel et d’une grande simplicité une fois la chose expliquée ; on se rend vite compte que ce qui coince ce n’est pas l’homosexualité, c’est le silence des autres adultes sur la question.

En parallèle de l’homophobie, c’est aussi le thème de l’étranger au Japon qui est abordé. On m’a souvent dit que les Japonais sont adorables avec les touristes, mais qu’ils ont beaucoup plus de mal avec les étrangers qui veulent s’installer. Dans ce manga, on voit surtout la différence de culture sur des choses parfois toutes banales comme faire un câlin : les Japonais sont beaucoup moins démonstratifs, ils ne sont pas très câlins même s’ils sont habitués à cette idée dans la culture occidentale avec les films. Mike est un véritable otaku, donc il est déjà habitué à la culture japonaise, en revanche Yaichi ne sait pas grand chose du Canada.

En fait, il y a une sacrée opposition entre les caractères des deux personnages principaux. Mike est ouvert et extraverti, tandis que Yaichi est beaucoup plus introverti : on a souvent dans le manga le contraste entre ce qu’il pense réellement, et ce qu’il dit aux autres. Mais n’allez pas croire que Yaichi est un mauvais personnage, bien au contraire. C’est un père divorcé qui fait beaucoup d’efforts pour élever sa fille correctement et la rendre heureuse ; le coming out de son frère jumeau l’a beaucoup perturbé inconsciemment. Mais au fil du manga, grâce à la simplicité de Mike et au naturel joyeux de sa fille, il prend conscience de l’incohérence de son comportement, ainsi que des autres personnes de son entourage. Il en vient à apprécier Mike, et croyez moi c’est dur de ne pas apprécier Mike. Déjà parce qu’il a vraiment un physique de gros nounours et le caractère qui va avec ! Et ensuite parce qu’il est en plein deuil, rencontrer Yaichi lui fait du bien mais il doit lutter pour ne pas constamment voir Ryoji en lui. C’est en devenant amis que les deux hommes vont pouvoir faire leur deuil. Enfin, le personnage de Kana est juste adorable : elle ressent les choses et n’hésite pas à les dire, sa fraîcheur fait énormément de bien à voir :3

Enfin, le manga fait beaucoup de bien à lire, il est léger et plein de scènes touchantes, j’en avais presque les larmes aux yeux à la fin ! Le fait qu’il ne soit qu’en quatre tomes ne gâche rien : c’est bon tant pour le porte-monnaie que pour le message qu’il souhaite faire passer. C’est une superbe pépite, idéale pour aborder l’homophobie ou l’homosexualité avec les enfants comme avec les adultes ! Si vous ne l’avez pas encore lu, foncez, je vous le recommande ❤

"

  1. J’ai ai entendu beaucoup de bien, et tu ne fais que le confirmer 😊 il est dans ma WL depuis longtemps mais je ne me suis toujours pas prise de le temps de le découvrir. Un jour !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s