Premières lignes… #76

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

La commémoration qui suivit les funérailles de Lavinia Thorndyke se tint dans la société littéraire, exclusivement réservée aux femmes, à laquelle elle avait appartenu pendant plus de cinquante ans, à Covent Garden, dans la Endell Street.
Les parents et amis de la défunte furent accueillis dans une salle de réception lambrissée dont les fenêtres donnaient sur les rues animées, au premier étage. Et même si le cortège revenait à peine du cimetière, l’assemblée bigarrée ressemblait à un arc-en-ciel. Les femmes arboraient des tenues fleuries, tandis que les hommes avaient revêtu des costumes blancs et des chemises aux couleurs acidulées ; l’un d’eaux avait osé une veste d’un jaune poussin éclatant, comme s’il s’était donné pour mission de compenser l’absence de soleil, en ce morne jour de février.
Car Lavinia avait laissé des instructions très claires dans la lettre relative au déroulement de son enterrement :
« Surtout pas de noir.
Que des couleurs gaies, et l’ambiance d’une garden-party très animée, si possible.
 »
Posy Morland portait une robe du même rose pâle que les fleurs préférées de Lavinia. Elle l’avait exhumée du fin fond de son armoire, où la pièce était accrochée depuis presque une décennie, derrière une fourrure en fibres synthétiques aux motifs léopard qui datait elle aussi de sa vie estudiantine.
Durant les années qui avaient suivi, sa consommations abondante de pizzas, parts de gâteaux et verres de vin n’avait pas été sans conséquences sur sa silhouette, de sorte que la robe la serrait étroitement au niveau de la poitrine et des hanches, mais au moins, elle s’était conformée à la volonté de Lavinia. Posy tirait donc – en vain – sur le tissu en coton étriqué tout en sirotant une coupe de champagne, autre souhait expressément émis par Lavinia.

"

  1. Pingback: Premières lignes #172 – Ma Lecturothèque

  2. Pingback: Premières lignes #173 – Ma Lecturothèque

  3. Pingback: Premières Lignes #93: L’Oiseau Captif

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s