Mortal Engines

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien :3 Je lutte comme je peux contre la canicule, mais je suis pas aidée : 7ème étage, pas de volets, pas de clim, fenêtre plein est. Gné >< Ma p’tite astuce perso, c’est le tissu mouillé sur la nuque, et vous ? ^^

Nouvelle chronique de film cette fois-ci, et je vous propose de parler d’un film qui est sorti il y a un moment maintenant, que je n’attendais pas vraiment à vrai dire mais qui a été une assez bonne surprise ! Il s’agit de Mortal Engines de Christian Rivers, co-produit par Peter Jackson et sorti en décembre 2018 et adapté du premier tome d’une quadrilogie de Philip Reeve, Tom et Hester. Le livre a été très apprécié, mais de ce que j’ai pu voir il n’est pas très connu en France, surtout si j’en juge par la longueur très relative de la fiche wikipédia française de l’auteur ; ce qui explique sans doute mon impression que le film sortait un peu de nulle part, d’habitude des gros films comme ça sont assez annoncés et attendus. Après, il était annoncé depuis 2016, donc est-ce que c’est juste moi ? En tout cas, je suis allée le voir au cinéma avec mon frère et mon copain, et on a bien apprécié :3

Résumé : Des centaines d’années après qu’un évènement apocalyptique a détruit la Terre, l’humanité s’est adaptée pour survivre en trouvant un nouveau mode de vie. Ainsi, de gigantesques villes mobiles errent sur Terre prenant sans pitié le pouvoir sur d’autres villes mobiles plus petites.
Tom Natsworthy – originaire du niveau inférieur de la grande ville mobile de Londres – se bat pour sa propre survie après sa mauvaise rencontre avec la dangereuse fugitive Hester Shaw. Deux personnages que tout oppose, qui n’étaient pas destinés à se croiser, vont alors former une alliance hors du commun, destinée à bouleverser le futur.

Mon avis :

Honnêtement, j’ai beaucoup aimé le film : déjà pour son esthétique à la fois dystopique et un peu steampunk avec les énormes machineries, les engrenages imposants, les engins volants, mais aussi pour l’histoire qui est franchement classe, des villes qui en dévorent d’autres. La première fois que j’ai entendu le résumé, ça paraissait complètement fou, et donc absolument génial ^^ Les effets visuels sont très sympas, j’ai vraiment apprécié et j’en ai pris plein les mirettes 🙂

L’histoire est simple en apparence, mais avec beaucoup de ramifications, c’est super intéressant parce que beaucoup de thèmes sont abordés. On a une réflexion sur le besoin primaire de conquête, et sur la nécessité contradictoire de paix, les modèles opposés du nomadisme et de la sédentarité, sans parler de la problématique écologique, puisqu’on a une arme qui a déjà mis la Terre littéralement sans dessus dessous, et qui pourrait la détruire définitivement. Si vous n’avez pas vu le rapport avec l’arme nucléaire, c’est qu’on vous l’a pas assez enfoncé dans le nerf optique. Donc l’histoire est vraiment riche, et on ne se contente pas des villes prédatrices : on explore un nouveau monde dévasté, et on découvre un nouveau mode de survie… au final pas si nouveau que ça puisque on revient à la loi du plus fort, mais c’est toujours fascinant de voir comme tout se réorganise différemment autour des mêmes préoccupations : survivre et prospérer. Une chose en particulier que j’ai adoré dans le film, c’est le Musée de l’ancien monde, qui regroupe toutes les technologies et les objets qui ont survécu. Ici, on parle bien de ce qu’actuellement on utilise quotidiennement… ou pas : comme nous face à un objet ancien, parfois ils ne savent même pas à quoi pouvaient servir certaines choses, ou ce qu’elles représentaient. J’ai beaucoup ri quand ils nous ont montré nos « divinités » 😀 

L’un des seuls défauts que j’aurais à reprocher au film, c’est ça se voit que c’est adapté d’un livre, parce qu’on a souvent l’impression que le film cherche à tout mettre quitte à simplifier les relations entre personnages, et c’est un peu dommage. Ne serait-ce que la relation entre Hester et le personnage du Stalker, qui a été bien traitée mais qui aurait mérité plus de développements ; ou encore le personnage de Tom pour qui l’aventure du film fait figure d’initiation et de chemin de maturité. Mais le truc qui m’a le plus intriguée, c’est finalement tout la réflexion autour du père d’Hester : la conclusion était tellement évidente que je ne comprenais pas du tout le dilemme d’Hester, et au final ce malaise vis-à-vis de son géniteur est si peu abordé que lors de la confrontation finale on ne comprend pas pourquoi c’est aussi important.

Mais les personnages trouvent quand même le moyen d’être attachants : Tom est mignon et tout frais débarqué de sa petite existence sûre, donc c’est surtout avec son point de vue que l’on va voir le film, et qu’on va tout découvrir ; en revanche, Hester a pas mal voyagé, c’est une débrouillarde et une solitaire au passé sombre. C’est à elle que je me suis surtout attachée, déjà parce que j’aime beaucoup sa cicatrice qui montre sa férocité autant que sa fragilité psychologique, et parce que c’est finalement rare de voir une héroïne avec une vraie balafre dans le cinéma fantastique (après je peux me tromper, mais généralement, on privilégie les visages lisses et photogéniques). J’aime beaucoup son histoire, et surtout sa relation avec le Stalker ; et j’adorerais avoir un spin-off sur le Stalker, c’est un personnage dont on ne sait presque rien dans le film, et pourtant il mérite le coup d’oeil : privé de sentiment, mais cherchant une compagne à son image, bonjour Frankenstein ultra-moderne ^^ Thaddeus est un bon méchant, dans le sens où je trouve son obsession de puissance intéressante même si au final elle n’est pas très originale : intéressante dans le sens où c’est un désir de conquête et de pouvoir qui frise la destruction totale, ce qu’on pourrait voir comme une conquête ultime avec le pouvoir de faire mourir toute chose.

Bref, Mortal Engines est un très bon film, peut-être pas le meilleur de tous les temps, mais en tout cas il m’a fait passer un super moment, et il m’a donné envie de lire les livres, ne serait-ce que pour en savoir plus sur les personnages. Je vous laisse vous faire votre propre avis, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé 🙂

"

  1. Je le note, pour les soirées d’hiver 🙂
    J’ai l’impression qu’il y a déjà tout le film dans la bande annonce… ^^
    Pas de volets, plein est… Ouch ! Je te plains très sincèrement. Bois abondamment, et surtout des eaux minérales, en variant les marques, (à cause des sels minéraux, qu’on perd en quantité avec la transpiration). Truc découvert il y a quelques années, et qui fonctionne bien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s