The Haunting of Hill House

Par défaut

Bouh ! Vous avez eu peur ? Moi non plus, mais j’ai ici de quoi réparer tout ça ^^ Halloween c’est toute l’année quoiqu’en disent les commerciaux avides du pognon de Noël, et moi je veux des fantômes toute l’année, matin, midi et soir, à minuit éventuellement s’il reste du chocolat chaud 😛

Pour ce samedi, pas de poésie, je vous avais dit dans le dernier article que je vous parlerai de la série d’épouvante The Haunting of Hill House, sortie sur Netflix en 2018. Je suis toujours à l’affût de bons films et de bonnes séries d’épouvante (et pas d’horreur, je préfère les atmosphères viscérales aux simples jumpscares), aussi dès que je suis tombée sur cette série, j’ai voulu la découvrir… et j’ai fini par la dévorer en moins d’une semaine ! Terminée en une seule saison d’une dizaine d’épisodes, elle est assez courte. C’est une série américaine réalisée par Mike Flanagan, adaptée du roman gothique du même nom de Shirley Jackson, écrit en 1959 et considéré encore aujourd’hui comme l’un des meilleurs romans d’horreur jamais écrits. La série a également été un triomphe, et avec raison, si vous ne l’avez pas encore vue et que vous n’êtes pas trop sensible, je vous la conseille absolument. Personnellement, je l’ai regardée toute seule une première fois, et une deuxième fois avec mon frère pour avoir le bonheur d’observer ses réactions comme l’immonde petit être démoniaque que je suis 😛

Résumé : Eté 1992. Hugh et Olivia Crain s’installent temporairement avec leurs cinq enfants dans un ancien manoir, Hill House, afin de le restaurer. Harcelés jusqu’à la folie par des apparitions étranges et de terrifiants fantômes, la famille se voit obligée de fuir en pleine nuit… sans Olivia, que l’on retrouve morte le lendemain. Officiellement, c’est un suicide, et la famille grandit en se raccrochant à cette idée, pour mieux occulter une vérité plus dérangeante. 26 ans après les évènements, on retrouve les cinq enfants Crain qui ont chacun fait leur vie avec plus ou moins de brio, mais une nouvelle tragédie les réunit : Hill House n’en a pas fini avec eux…

Mon avis :

 Je ne suis pas une grande connaisseuse du cinéma ou des séries en général, je n’y connais rien pour ce qui est de leur analyse. Ceci dit, j’en ai un peu discuté avec mon frère qui lui se débrouille mieux, et il est d’accord avec moi pour dire que c’est une excellente série du point de vue de la réalisation et des acteurs, particulièrement avec certains épisodes qui utilisent de superbes plan-séquences de plusieurs minutes (pour ceux qui comme moi ne le savaient pas, un plan-séquence est une scène ou la caméra ne change pas de point de vue et bouge pour suivre les personnages : plus c’est long, plus c’est une prouesse), qui contribuent à créer une atmosphère de fou ! Les acteurs jouent bien, on ne s’ennuie pas le moins du monde, et malgré la construction un peu compliquée de la série qui fait de fréquents retours en arrière à divers moments pour expliquer qui fait quoi pendant ce temps, et qui a vécu quoi pendant son enfance, pas une seule fois je ne me suis sentie perdue ou à ne pas savoir comment replacer ce que je venais de voir. Le réalisateur a fait un superbe travail de ce point de vue là !

L’histoire est une pure merveille : on est très loin des scénarios clichés qui ne vous font même plus peur tellement ils sont attendus et presque nanardesques dans certains cas. Non, ici, c’est de l’histoire de fantômes de premier choix, complexe, effrayante à souhait, pleine de rebondissements et de retournements de situations qui vous mettent vraiment la tête à l’envers. Si je suis allée revoir la série avec mon frère, ce n’était pas pour le voir avoir peur (même si c’était extrêmement drôle), c’était pour voir sa tête au moment des twists de l’intrigue (et elle était impayable). Le récit est subtilement dosé entre les moments d’effroi, les fantômes, et les relations difficiles entre les différents personnages de la famille Crain. Tous ont un côté très humain, mais sont aussi assez atypiques : les héritiers Crain ont été marqués par leur enfance à Hill House et l’ont intégré dans leur vie d’adultes, à des degrés divers et surtout plus ou moins conscients, ce qui rajoute encore un peu de piment. Un petit mot aussi au sujet de l’esthétique, qui a été super bien travaillée : les fantômes sont tous différents et originaux, tous ont réussi à me surprendre tellement ils étaient bien faits, je ne m’attendais pas à une telle inventivité !

Un mot au sujet des personnages maintenant. Les parents Crain formaient un très beau couple plein de joie de vivre, ça fait plus de drama ensuite quand arrivent les tragédies. Trêve de plaisanterie, Olivia Crain est belle, intelligente et pleine de mystères aussi, et pour couronner le tout c’est une mère aimante et aimée. Son mari Hugh a été profondément changé par Hill House, et c’est peu dire : il doit faire face à la mort de sa femme, la suspicion de la police et de ses propres enfants, et surtout la responsabilité de Hill House qu’il ne peut laisser sous peine de la voir engloutir d’autres familles. Les cinq enfants sont assez particuliers chacun à leur façon, mais pas vraiment ce que j’appellerais des modèles de sympathie. Shirley est celle que je supporte le moins, c’est une maniaque qui veut contrôler tout ce qui l’entoure, sans se remettre en cause une seule fois ; c’est un personnage avec un fort caractère, que j’admire pour ça, mais que je méprise aussi pour certains de ses actes qui sont franchement des gros coups de p*te. Steven est le grand frère, et aussi un bel enfoiré même s’il tente parfois de se rattraper… très maladroitement. Il manque énormément de tact, disons-le. Il a un peu le même défaut que Shirley, c’est-à-dire qu’il fait généralement retomber la faute sur les autres, en particulier à propos de Hill House, et pourtant c’est lui qui est le plus en colère à cause de la mort de sa mère. Théodora, surnommée Théo (et j’ai été un peu perturbée au début par son surnom), est déjà plus attachante, mais c’est aussi un personnage fuyant : elle ne se voile pas la face, mais elle voudrait sans doute pouvoir le faire. En dehors de ça, elle aime sincèrement sa famille et a beaucoup de cœur. Luke et Eleanor sont jumeaux, les petits derniers de la fratrie (enfin petits, Luke adulte a une sacrée carrure), et mes chouchous à moi ! Luke est certes un peu controversé parce que c’est un toxico, mais il essaie vraiment de s’en sortir alors que sa famille le lâche et n’a plus confiance en lui… sauf Nell (Eleanor). Nell est un adorable petit bout de jeune femme, une vraie crème, celle qui mérite tout le bonheur du monde, c’est impossible de ne pas s’attacher à elle.

Bref, tout ça pour dire que c’est une super série qu’il faut absolument que vous regardiez, elle vaut totalement le coup, surtout si vous recherchez de l’épouvante de qualité 😉

"

  1. J’avais eu un gros coup de cœur pour cette série à sa sortie ! C’est même mon coup de cœur de l’année ^^ je trouve très intéressant ce que tu dis sur les différents membres de la fratrie, d’autant plus parce que je sais qu’elle est ta position dans la tienne ^^ du coup ça ne m’étonne pas que tu te sois attachée à Nell et Luke. Alors que moi en tant qu’aînée j’ai saisi tout ce que faisait Sherley et j’étais à fond derrière elle parce que je me suis identifiée puissance 10 000 ^^ c’est drôle je trouve ^^ (difficile de se remettre en question quand on a des responsabilités, et qu’on se souvient, et chacun a un rapport diffèrent face a ses parents, même au sein d’une même fratrie surtout quand ces bancal ^^)

    • Je me rappelle que j’ai lu ton article ^^ En fait, j’ai vraiment eu du mal avec Sherley, elle m’a impressionnée avec son métier, et surtout le fait qu’elle ait tenu à prendre soin de Nell (j’essaie de ne pas spoiler dans les commentaires), mais j’ai très mal pris son attitude vis à vis de Luke au mariage de Nell >< Après je comprends bien à quel point la situation était différente et intenable à la fois pour chacun des membres de la fratrie, avec un passif pareil ^^'

      • C’est vrai que c’était un peu abusé son comportement au mariage de Nell, mais en vrai, elle cherchait juste à la protéger. (Comme je disais, je comprends tout ce qu’elle fait mdr, j’aurai agis pareil si ça avait été mes frères…)

      • Je comprends tout à fait qu’elle veuille protéger Nell, mais c’est dommage qu’en le faisant elle enfonce encore plus Luke dont Nell est le seul soutien restant :/ Je ne sais pas comment j’aurais agi, j’ai tendance à toujours rechercher les compromis, c’est difficile de juger ^^’ Peut-être qu’en re-regardant la série j’apprécierai un peu plus Shirley ?

      • Oui mais en même temps, elle a déjà fait énormément pour Luke, avec toutes les thérapies qu’elle lui a payé, toutes les fois où elle l’a recherché, où elle a décroché le téléphone au milieu de la nuit, alors qu’elle a sa propre famille et ses autres frères et soeurs dont elle s’occupe. Il y a carrément Theo qui vit chez elle, elle a jamais eu d’intimité rien que pour elle, et on peut pas dire que Steven soit d’une grande aide, il se barre et la laisse se démerder. En fait je trouve que justement elle a déjà fait beaucoup de compromis pour tout le monde, en se mettant elle-même entre parenthèse.
        Bref, je m’emballe, j’arrête xD Mais je comprends aussi carrément ton point de vue hin, c’est ce que je disais, on s’identifie aussi par rapport à sa propre expérience de vie ^^

      • Je comprends très bien ton point de vue, ne t’en fait pas 🙂 Et puis Shirley est attendrissante dans son métier, je crois que c’est ce que j’aimais dans le personnage (c’est dur de totalement détester quelqu’un ^^)
        J’aime bien avoir ton point de vue, ça remet la série en perspective et ça me donne vraiment envie de la revoir maintenant 😀

  2. Pingback: Aggretsuko | Coeur d'encre 595

  3. Pingback: The Haunting of Bly Manor | Coeur d'encre 595

  4. Pingback: Premières lignes… #219 | Coeur d'encre 595

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s