Les crimes de Grindelwald

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien et que la reprise après les fêtes n’est pas trop dure ! Petit blues de mon côté, mon grand frère s’en est allé dans le lointain et dans le froid du Québec pour une durée indéterminée. Autant je suis très contente pour lui, et je lui souhaite beaucoup de fun à faire du snowboard et manger de la poutine (si tant est qu’il en réchappe de ce plat infernal), autant avec mon autre frangin ça nous a fait couler la p’tite larme 😥

Nouveau samedi, et cette fois un film, parce que ben c’était dur de louper l’occasion d’en parler de celui-là 😀 Je l’ai vu deux fois, la première la semaine de la sortie avec mes frères, qui ont décidé de sauter sur l’occasion pour me faire découvrir la 3D en Imax et… ben j’ai adoré le film mais j’aime définitivement pas la 3D, parce qu’elle m’a niqué les yeux ^^’ Du coup, je suis allé le revoir en 2D avec des potes pour que mes yeux saignent moins 😛 Il s’agit bien évidemment des Crimes de Grindelwald, la suite des Animaux Fantastiques, qui se passe dans l’univers d’Harry Potter, un siècle auparavant. C’est le 2ème film d’une série qui en a prévu 5, au départ je disais « Pognon ! », mais maintenant je ne peux plus rien dire parce que je fais partie du public qui a kiffé ^^ La chronique est rédigée à chaud, mais par respect pour la grande majorité des gens qui ne l’ont probablement pas encore vu, et parce que je vais spoiler comme une peste pour essayer de faire une critique objective (essayer), cet article sort début janvier. Enjoie.

Résumé : 1927. Quelques mois après sa capture, le célèbre sorcier Gellert Grindelwald s’évade comme il l’avait promis et de façon spectaculaire. Réunissant de plus en plus de partisans, il est à l’origine d’attaque de Moldus par des sorciers, et seul celui qu’il considérait autrefois comme un ami, Albus Dumbledore, semble capable de l’arrêter. Mais Dumbledore, pour une raison obscure, ne peut se battre et va devoir faire appel au seul sorcier ayant déjoué les plans de Grindelwald auparavant : son ancien élève Norbert Dragonneau. L’aventure qui les attend réunit Norbert avec Tina, Queenie et Jacob, mais cette mission va également tester la loyauté de chacun face aux nouveaux dangers qui se dressent sur leur chemin, dans un monde magique plus dangereux et divisé que jamais.

Mon avis : 

Par où commencer ?? Il y a plein de choses à dire, la première étant que j’ai vraiment passé un super moment devant ce film 🙂 J’avais déjà adoré le premier, et ce second film est assez différent car plutôt dark et reposant beaucoup beaucoup moins sur les animaux fantastiques… au point que je me demande en fait si le titre de la série de ces nouveaux films de sorciers est pertinent, m’enfin bon. En fait, si, je sais sur quoi je vais commencer : sur les critiques du film qui ont déjà pu être faites. Le film a reçu pas mal de reproches, au point même d’être qualifié de pire film Harry Potter… ce qui est déjà idiot vu que ce n’est PAS un film Harry Potter mais bref. Vous voyez la différence assez extrémiste entre mon point de vue et celui-là.

J’ai beaucoup aimé l’histoire en ce qui me concerne, j’ai passé un super moment et je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer. Ce manque de temps fait cependant aussi partie des reproches qu’on fait au film, car le spectateur a très très peu de temps pour se reposer les méninges et recoller les pièces du puzzle qu’il a en face de lui. Je ne conteste pas la critique, elle est vraie : on se prend régulièrement des caisses d’informations, l’intrigue est complexe, d’autant plus si on se trouve avec des spectateurs qui n’ont pas forcément vu ou lu Harry Potter, ou du moins qui n’en ont pas un gros souvenir. C’était maladroit, et je peux difficilement réfuter la critique, puisque je suis une grosse fan, et que j’ai réussi à suivre le rythme, et que je me suis même éclatée à le suivre ^^’

D’ailleurs, le film est fortement taxé de fan service et ce pour plusieurs raisons : la première, ce sont les animaux, qui font office d’appât pour les spectateurs, et qui le seront sans doute aussi pour les 3 films suivants. La deuxième, c’est Nagini, et là c’est difficilement réfutable, ne serait-ce qu’avec la façon dont elle est introduite, à savoir qu’elle pope dans l’intrigue comme une fleur, et est surtout un faire-valoir dans ce film, dont le personnage est introduit et c’est tout. Or, pour ceux qui ne le savent pas ou n’ont pas tilté, Nagini est le serpent et Horcruxe de Voldemort dans Harry Potter, donc c’est une grosse référence, qui parle surtout aux connaisseurs. Le personnage est certes extrêmement classe, le principe de la Malédictus m’a vraiment fait baver, mais dans les faits, c’est maladroit. On peut cependant espérer que le prochain film saura lui donner une meilleure place. La troisième, qui est surtout ma propre opinion, c’est le fait que Dumbledore soit gay. Que ce soit clair, je m’en cogne qu’il aime les femmes, les hommes ou les tabourets pliants. Par contre, je sais qu’il y a eu des brouettes cosmiques de fanfictions et de théories de fan autour de l’homosexualité du Dumbledore, et du coup, je n’ai pas pu m’empêcher de me demander si ce fait n’était pas du pur fanservice… alors que ça pourrait très bien être un simple choix des scénaristes ou de J.K. Rowling. Il n’y a pas vraiment de coupable ici, c’est juste une réflexion de ma part, et en aucun cas une critique négative du film. Et de fait, le fan service n’est pas forcément une mauvaise chose, la série entière des films des Animaux Fantastiques est née du fan service ! Il y allait forcément y avoir des références, donc les critiques de fan service n’ont pas vraiment de sens ; en revanche, là où le fan service affecte la cohérence du film ou qu’il conduit à des introductions maladroites, c’est qu’il est en excès, et donc il était un peu en excès dans Les crimes de Grindelwald : « un peu » et pas au point de susciter toutes ces critiques négatives.

Voilà ! J’ai évoqué grosso modo les critiques négatives que j’ai pu entendre, passons au reste du film, que j’ai kiffé 😛 Je suis bon public, j’ai kiffé les animaux, et surtout le Zouwu, je le veux, je VEUX ce gros chat, il est trop mignon, absolument fabuleux, ze veux le gros chat !! Bref. L’histoire m’a beaucoup plu, quelques coïncidences de fan service un peu grosses, mais encore une fois je suis très bon public ! Les effets visuels sont vraiment très beaux, c’est un vrai plaisir à mater, sauf peut-être la bataille du début : elle est vraiment épique, mais j’ai failli choper une crise d’épilepsie. Et d’ailleurs, le film est bien plus rythmé par les batailles, et les combats de fin sont d’une badassitude à toute épreuve :3 On a droit à tout plein de nouveaux sorts et d’effets magiques, je suis aux anges ; il y a le Ministère français de la Magie, et surtout ses archives qui feraient la joie, que dis-je l’orgasme, de tout archiviste qui se respecte et qui n’en peut plus de ses rayonnages immobiles ; mais surtout il y a Grindelwald, qui a une classe en adamantium pur. Il y a bien plus de drama, ce que j’adore (quoique je me demande ce que le scénariste avait contre les bébés pour en faire mourir deux), et ce sera plus facile de vous en parler personnage par personnage.

Je retrouve les personnages que j’adorais déjà avec le premier film. On en découvre un peu plus sur Norbert, qui reste un personnage assez renfermé et… ben faut dire ce qu’il est, très gauche avec les gens et les femmes en particulier, mais il est juste adorable, surtout quand on le voit avec ses animaux ! Tina et lui ont l’air faits pour s’entendre, particulièrement avec la scène des yeux de salamandre, qu’ils sont choux tous les deux 😀 Le couple Jacob-Queenie m’a fendu le cœur, Jacob est fait pour être pâtissier, il a un cœur en chou à la crème j’en suis sûre, je l’adorais déjà dans le premier film. Et Queenie… Queenie ! Je l’adorais tellement dans le premier film, je voulais boire du chocolat chaud avec elle et lui faire de gros câlins ! Certains diront qu’elle est vraiment folle, moi j’hésite ; je crois qu’elle était surtout désespérée : un don comme le sien est un tel poids qu’elle doit absolument pouvoir se reposer sur quelqu’un pour être en sécurité, et elle méritait tellement d’être heureuse avec Jacob ! Je crois que si quelqu’un avait pu me faire pleurer dans ce film, c’est bien elle, elle me fait tellement de peine, j’ai toujours envie de lui faire un gros câlin. Leta Lestrange est un personnage génial parce qu’elle est bien nuancée entre le bien et le mal, torturée, mais profondément tendre au fond, je l’aime beaucoup. Son histoire et celle de son frère est vraiment magnifique et sinistre à la fois. C’est mignon de voir son passé avec Norbert, mais si la succession de gros plans sur les visages au début du film est censée montrer la tension amoureuse entre les deux… ben c’est maladroit :/ On découvre Dumbledore aussi ! Assez farceur et secret, ça correspond assez bien à mon souvenir, quitte à ce que ça lui donne un air un poil trop détaché pour paraître tout à fait correct ^^’ Nagini et Nicolas Flamel font un peu fan service, et autant Nagini même si elle est peu active est très classe, autant Flamel est investi mais… ça manque d’infos là aussi ! Je veux plus 😛

Mais il me faut enfin faire un sort à THE personnage, celui qui fait tout le charisme du film, déjà parce que c’est Johnny ❤ Depp (non je ne fangirl pas), mais surtout parce qu’il est encore plus classe que Voldemort avec un sens bien meilleur de la mise en scène : Grindelwald ! Manipulateur, sombre, silencieux, machiavélique, impitoyable, un méchant comme on devrait en avoir bien plus. Je n’ai pas trop compris le délire avec les espèces de grands rideaux noirs bien qu’ils soient vraiment splendides, quelqu’un peu me l’expliquer ? En revanche, le crâne-chicha m’a beaucoup fait rire, et les démons de flammes bleues sont magnifiques, surtout quand Grindelwald manipule ce feu comme un chef d’orchestre. Juste wouaw ! Et finissons avec Croyance, je suis assez mitigée avec ce personnage : certes son pouvoir d’Obscurus est assez incroyable, mais il ne m’inspire pas des masses. Ce que je n’ai pas trop aimé, c’est qu’on était baladés d’hypothèses en hypothèses, jusqu’à ce que la solution tombe littéralement du ciel avec ce que personne n’aurait pu deviner… c’est frustrant. Surtout que je ne sais même pas si je dois y croire à cette histoire : le phénix n’est pas une preuve, oui les Dumbledore ont une légende sur ça, mais ça n’en fait pas leur animal réservé. Grindelwald a donc très bien pu lui mentir. Et surtout surtout… quel est le but de Croyance maintenant ? Il a rejeté Nagini qui lui donnait son côté humain, il a rejoint Grindelwald pour avoir son nom mais maintenant que c’est fait, ben… c’est quoi ses objectifs et ses motivations du coup ? Il a une raison pour suivre Grindelwald et exploser la montagne, à part qu’il est torturé ?

Bref ! En conclusion, c’est un super film pour moi, et le fait qu’il ait des défauts n’y change rien ; je suis totalement d’accord pour dire qu’il n’est pas parfait, mais à côté de ça, ben il est super ! Parce que le méchant a un charisme de fou, les effets sont travaillés, l’atmosphère est sombre, l’histoire intéressante, et que oui les animaux c’est du fan service mais c’est cool. Le seul vrai gros défaut en fait, c’est ce que j’ai appelé des maladresses plus tôt, le fait qu’il y en ait autant est à mon avis la preuve que le film se repose sur ses bons points et oublie de travailler le reste. C’est dommage. Mais ce n’est pas un mauvais film, et j’ai hâte de voir le 3ème opus 🙂 Sur ce, des bises sur vos truffes, et dites-moi ce que vous avez pensé du film 😛

"

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s