Premières lignes… #45

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

Loin, très loin, surplombant le vide comme la proue d’un grand bateau de pierre, se dresse la Falaise. Tout au bout, une cascade plonge sans fin par-dessus la corniche rocheuse qui la borde.
Le fleuve, à cet endroit large et précipité, déverse en rugissant ses eaux torrentielles dans les tourbillons brumeux du vide. Il semble difficile de croire que ce fleuve – comme tout ce qui est grand, sonore et gonflé d’importance – puisse jamais avoir été différent. Pourtant, l’Orée a des origines on ne peut plus modestes.
Elle prend sa source très loin, à l’intérieur des terres, au plus profond des Grands Bois sombres et impénétrables. Ce n’est là-bas qu’une petite fontaine bouillonnante qui s’écoule en un mince filet d’eau dans un lit de sable caillouteux, à peine plus large qu’une corde. Mais c’est par mille qu’au plus sombre des Grands Bois, ce filet est multiplié.
Lieu de ténèbres et de profond mystère, les Grands Bois offrent un asile rude et périlleux à ceux qui se prétendent leurs habitants. Et ils sont nombreux. Trolls des Bois, égorgeurs, gobelins de brassin, harpies, troglos : tribus innombrables et populations étranges cherchent à survivre dans la lumière tamisée du soleil et de la lune, sous la voute élevée de la végétation.
La vie y est difficile et semée de dangers – créatures monstrueuses, arbres carnivores, hordes de bêtes féroces tant grandes que petites… Mais on y trouve son compte, car il y pousse des arbres aux fruits succulents et d’autres au bois d’une incroyable légèreté. Pirates du ciel et marchands de la Ligue s’en disputent le commerce et se mènent une guerre sans merci par-dessus l’océan émeraude de la forêt infinie.
Là où descendent les nuages, s’étend la Lande, une terre désolée de cauchemars, esprits et brouillards tournoyants. Ceux qui se perdent dans la Lande ont le choix entre deux destinées. Les plus chanceux trouveront la mort sans rien voir, en tombant dans le ravin. Les autres se perdront dans la forêt du Clair-Obscur.
Nimbée dans une pénombre dorée, l’enchanteresse forêt du Clair-Obscur présente un charme traître. Une atmosphère enivrante y trouble l’esprit au point que ceux qui la respirent trop longtemps oublient pourquoi ils sont venus – comme ces chevaliers errants qui poursuivent des quêtes depuis longtemps oubliées et qui renonceraient volontiers à la vie… si seulement la vie voulait bien renoncer à eux.

 

Publicité

"

  1. Pingback: Premières lignes #141 – Ma Lecturothèque

  2. Pingback: Premières lignes #142 – Ma Lecturothèque

  3. Howdy! This is kind of off topic but I need some
    advice from an established blog. Is it tough to set up
    your own blog? I’m not very techincal but I can figure things out pretty fast.
    I’m thinking about making my own but I’m not sure where
    to start. Do you have any points or suggestions? Thanks

    • Hi ! It’s not that tough to set up a blog, you may use WordPress which is very simple to use, and gives you a lot of possibilities, even without paying. I don’t have very important suggestions, it depends of the type of the blog you want to write, but I hope you will have fun whatever it is 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s