Hazel Wood

Par défaut

Salutations bande de petits êtres bruyants, j’espère que vous allez bien ! Je subis les assauts d’une ventilation sifflante depuis 5 jours, et je peux vous assurer que quand ça siffle assez fort pour vous réveiller à 4 heures du matin… Le silence devient la plus belle chose de l’univers tout entier. C’est de la torture chinoise ce truc.

Nouvelle chronique littéraire ! Un livre que, si je me rappelle bien, j’ai trouvé sur le blog d’Alice Neverland (que je ne peux que vous conseiller, il est génial !). Il s’agit d’Hazel Wood, de Melissa Albert, écrit en 2017. Un livre récent donc, je l’ai acheté cet été en catastrophe : j’étais sur Paris pour vider définitivement mon appartement, mais j’avais quand même eu le temps de terminer mon livre, et j’avais déjà emballé tous les autres dans la précipitation de tout boucler pour être tranquille, c’était un comble ! J’ai donc filé à Gibert avec ma wishlist, et n’arrivant pas à me décider, j’ai pris au hasard, et le sort a désigné Hazel Wood 😀

Résumé : « Ne t’approche sous aucun prétexte d’Hazel Wood. »
Ces quelques mots laissés par la mère d’Alice juste avant son enlèvement scellent à tout jamais le destin de la jeune fille.
Hazel Wood, la résidence légendaire d’Althea Proserpine, auteure des célèbres « Contes de l’Hinterland ».
Hazel Wood, d’où semblent échapper des personnages inventés par Althea.
Hazel Wood, où sa petite-fille, Alice, va devoir s’aventurer.
Hazel Wood, dont personne ne revient jamais.
Et si Hazel Wood était bien plus qu’un simple manoir ?
Un leurre ? Une porte d’entrée sur un autre monde? Et si Alice était bien plus qu’une simple new-yorkaise ? Une princesse ? Une tueuse ?
Il était une fois… Hazel Wood.

Mon avis :

Une couverture qui m’a attiré l’œil, d’abord sur la chronique que j’ai lu d’Alice Neverland si je ne me trompe pas, et ensuite en librairie. Sobre dans le choix de couleur, elle reste très classe avec ses illustrations dorées sur fond noir. Elles me font penser à mes feux d’artifice préférés, ceux qui sont dorés et qui débordent d’étincelles ! La symbolique des motifs est riche : le livre de l’écrivain, les maisons des lecteurs, sur lesquelles s’enracinent l’univers d’Hazel Wood débordant de ces histoires, et pour finir le poignard comme une épée de Damoclès sur le fragile équilibre. Et j’aime tellement comme tout cela reluit, une vraie pie voleuse 😀

L’histoire m’a beaucoup plu, bien écrite certes, mais surtout parce que c’est une de ces histoires que j’aurais vraiment aimé écrire moi-même : qui n’a jamais imaginé ce que les personnages pouvaient ressentir, au-delà même de leur histoire et des actions qui leur sont dictées par l’auteur ? L’univers est riche, et j’ai particulièrement adoré les passages où on nous raconte les contes d’Althea Proserpine, j’ai été tellement déçue de ne pas pouvoir lire toutes les histoires, il y a tellement de titres aguicheurs et de personnages de contes intéressants ! J’aurais voulu pouvoir tous les lire, comme pour les Contes de Beedle le Barde qui prolongent l’univers d’Harry Potter. Petite question d’ailleurs, est-ce que quelqu’un parmi vous saurait me recommander un recueil de contes macabres, pas forcément dans la même veine qu’Edgar Allan Poe, mais en tout cas des contes de fée sombres et palpitants ? C’est exactement le genre qui me plaît ❤

Le récit, bien que très intéressant avec un petit côté road-trip que j’adore, est un peu confus par moments ; c’était un peu dur de m’y retrouver entre ce qu’il se passe, les moments où Alice est bringuebalée dans Hazel Wood, ou encore les intrigues tissées entre les personnages avant le temps du récit en flash-back. Particulièrement, lorsqu’Alice entre au manoir d’Hazel Wood, je n’ai presque rien compris de ses différentes visions, et c’est dommage car je suis sûre que toutes avaient leur importance. Mais comme je l’ai dit, le fond de l’histoire en mode road-trip est très cool, avec quelques références de pop culture qui font plaisir, et une relation mère-fille qui m’a beaucoup plu, basée sur une sincérité absolue (sauf bien sûr concernant Hazel Wood, ce serait trop facile sinon).

Finch, en tant que side-kick d’Alice, est vraiment très sympa, mais peut-être aurait-elle dû justement se méfier qu’il l’accompagne aussi facilement ? Je sais que les gosses de riches ont leur caprices, mais là je trouvais ça un peu trop gros. On manque de vrais renseignements sur Finch, surtout sur la fin. Il finit par se la jouer un peu trop héros solitaire, je le comprends, mais à la place d’Alice je me sentirais un peu… abandonnée. Ella, elle, est un personnage très badass, pour le coup ç’aurait précisément été sympa de la voir un peu plus à l’écran : son statut de demoiselle en détresse empêche de voir le personnage agir et penser, ce qui est dommage tant elle est passionnée et décidée. Après, je ne peux pas oublier Alice : wouah ! quelle claque son histoire ! quelle classe ! quel panache ! J’aurais tellement aimé en savoir davantage sur l’entité qui tisse et crée les histoire. Ce roman me fait l’effet d’une petite miette de temps au sein d’une grande histoire bien plus vaste et aussi longue que l’histoire de l’humanité elle-même.

Conclusion, plein de choses enthousiasmantes, mais cela manque de détails pour moi. Je ne le prends pas forcément comme une mauvaise chose, sauf peut-être pour les passages trop confus, dans la mesure où c’est l’imagination qui est stimulée et qui travaille. J’aimerais beaucoup à vrai dire écrire les contes manquants, ils ne seraient peut-être pas aussi réussis que ceux de Melissa Albert dont je salue l’inventivité, mais ce serait amusant ^^ Un livre qui constitue un bon point de départ, mais à ne pas lire si vous aimez les histoires détaillées jusqu’au plus petit recoin, à lire si vous avez facilement l’esprit en goguette et l’imagination fertile 😛

Publicités

"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s