Premières lignes… #39

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

Je ne laisse personne indifférent.
Quand la porte s’ouvre, c’est la même incrédulité, le même étonnement, le même questionnement. Comment va-t-il faire pour me sortir de là avec ses livres ?
Dans le meilleur des cas, le temps d’adaptation de mon interlocuteur est bref et on passe directement à autre chose, à un autre sujet, la raison de ma visite.
Dans le pire, le stade du « essayons » est inaccessible. Alors je me rends compte qu’il ne sert à rien d’insister. Je n’ouvre pas mon livre. Je me déplace ou je reçois pour aider les autres, pas pour ajouter du trouble à leur existence. On peut aider sans toucher. Et si on fait appel à moi, il faut y croire, un peu.
« Tu ne laisses personne indifférent. » Ma mère a prononcé cette phrase des centaines de fois. Elle enseignait la littérature à l’université, pourtant, elle manquait de mots pour expliquer son trouble. Sa voix dans ma tête.
Tu ne laisses personne indifférent.
Tu ne laisses personne indifférent.
Tu ne laisses personne indifférent…
Un copier-coller comme un aveu de faiblesse verbale. Un comble pour une spécialiste du roman réaliste.
Pourquoi répétait-elle cette phrase à longueur de journée ? Peut-être avait-elle compris que je ne suivrais pas la même voie qu’elle. Dans son univers, tout le monde se ressemblait. Sauf moi.
Je lui reconnaissais le mérite d’avoir inspiré mon épitaphe : Tu ne laissais personne indifférent.
Pour le reste, elle ne m’avait pas apporté grand chose. Cette pensée m’attristait, mais c’était la vérité. Ma mère savait tout dans mon domaine. Erudite, lumineuse, capable d’expliquer le sens d’un adjectif dont la plupart des êtres humains ignoraient l’existence, l’histoire d’un mot, de sa naissance dans les rues de Rome sous le règne de César à son sens moderne. Des choses essentielles.

Publicités

"

  1. Pingback: Premières lignes #135 – Ma Lecturothèque

  2. Pingback: Premières lignes #56 : Au cœur de la folie, Luca D’Andrea | Light & Smell

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s