Premières lignes… #31

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

Vous verrez que ce n’est pas du tout ce à quoi vous vous attendez.
Le notaire explique que l’immeuble était classé monument historique et de que des vieux sages de la Renaissance l’avaient habité, il ne se rappelait plus qui.
Ils prirent l’escalier, débouchèrent sur un couloir sombre où le notaire tâtonna longuement, actionna en vain un bouton avant de lâcher :
– Ah zut ! Ca ne marche pas.
Ils s’enfoncèrent dans les ténèbres, palpant les murs à grand bruit. Lorsque le notaire eut enfin trouvé la porte, l’eut ouverte et eut appuyé, cette fois avec succès, sur l’interrupteur électrique, il vit que son client avait une mine décomposée.
– Ca ne va pas monsieur Wells ?
– Une sorte de phobie. Ce n’est rien.
– La peur du noir ?
– C’est cela. Mais ça va déjà mieux.
Ils visitèrent les lieux. C’était un sous-sol de deux cents mètres carrés. Bien qu’il n’ouvrît sur l’extérieur que par de rares soupiraux, étroits et situés au ras du plafond, l’appartement plut à Jonathan. Tous les murs étaient tapissés d’un gris uniforme, et il y avait de la poussière partout… Mais il n’allait pas faire le difficile.
Son appartement actuel faisait le cinquième de celui-ci. En outre, il n’avait plus les moyens d’en payer le loyer ; l’entreprise de serrurerie où il travaillait avait décidé depuis peu de se passer de ses services.
Cet héritage de l’oncle Edmond représentait vraiment une aubaine inespérée.
Deux jours plus tard, il s’installait au 3, rue des Sybarites avec sa femme Lucie, leur fils Nicolas et leur chien Ouarzazate, un caniche nain coupé.
– Moi, ça ne me déplaît pas, tous ces murs gris, annonça Lucie en relevant son épaisse chevelure rousse. On va pouvoir décorer comme on veut. Il y a tout à faire ici. C’est comme si on devait transformer une prison en hôtel.
– Où est ma chambre ? demanda Nicolas.
– Au fond à droite.
– Ouaf, ouaf, fit le chien, et il se mit à mordiller les mollets de Lucie sans tenir compte du fait qu’elle avait dans les bras la vaisselle de son mariage.
Du coup, il fut promptement bouclé dans les toilettes ; à clé, car il sautait jusqu’aux poignées de porte et savait les actionner.
– Je le connaissais bien, ton oncle prodigue ? reprit Lucie.
– L’oncle Edmond ? En fait, tout ce dont je me souviens, c’est qu’il me faisait l’avion quand j’étais tout petit. Une fois ça m’a fait très peur, au point que je lui ai pissé dessus.
Ils rirent.
– Déjà froussard, hein ? le taquina Lucie.
Jonathan fit celui qui n’avait rien entendu.
– Il ne m’en a pas voulu. Il a juste lancé à ma mère : « Bon, on sait déjà qu’on n’en fera pas un aviateur… » Par la suite, Maman me disait qu’il suivait avec attention mon parcours de vie, mais je ne l’ai plus revu.
– Quel était son métier ?
– C’était un savant. Un biologiste il me semble.
Jonathan demeura songeur. Finalement, il ne connaissait même pas son bienfaiteur.

Publicités

"

  1. Pingback: Premières lignes #122 – Ma Lecturothèque

  2. Pingback: Premières lignes #122 | Songes d'une Walkyrie

  3. Pingback: Premières lignes #123 – Ma Lecturothèque

  4. Pingback: Premières lignes #123 | Songes d'une Walkyrie

  5. Pingback: Premières lignes #6 – Prête-moi ta plume

  6. Pingback: Premières lignes #124 | Songes d'une Walkyrie

  7. Pingback: Premières lignes #124 – Ma Lecturothèque

  8. Pingback: Premières lignes #125 | Songes d'une Walkyrie

  9. Pingback: Premières lignes #125 – Ma Lecturothèque

  10. Pingback: Premières lignes #47 : Les autodafeurs (tome 1), Marine Carteron | Light & Smell

  11. Pingback: Premières lignes #126 – Ma Lecturothèque

  12. Pingback: Premières lignes #26août | Lady Butterfly & Co

  13. Pingback: Premières lignes #126 | Songes d'une Walkyrie

  14. Pingback: Premières lignes #127 – Ma Lecturothèque

  15. Pingback: Premières lignes #2septembre | Lady Butterfly & Co

  16. Pingback: Premières lignes #127 | Songes d'une Walkyrie

  17. Pingback: Premières lignes #9 septembre | Lady Butterfly & Co

  18. Pingback: Premières lignes #16septembre | Lady Butterfly & Co

  19. Pingback: Premières lignes #23septembre | Lady Butterfly & Co

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s