Premières lignes… #22

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

C’est une vérité universellement reconnue qu’un célibataire pourvu d’une belle fortune doit être en quête d’une épouse.
Si secrets que puissent être les sentiments ou les visées d’un homme lorsqu’il s’installe quelque part, cette vérité est tellement ancrée dans l’esprit des familles des environs qu’elles voient en lui la propriété légitime de l’une ou l’autre de leurs filles.

– Mon cher Mr Bennet, lui dit un jour sa femme, savez-vous que le domaine de Netherfield Park est enfin loué ?
Mr Bennet répondit que non.
– C’est pourtant le cas, reprit-elle, car Mrs Long en revient, et elle m’a tout raconté.
Mr Bennet ne répondit pas.
– Vous ne voulez pas savoir qui est le nouveau locataire ? demanda sa femme avec impatience.
– Vous avez envie de me le dire, et je n’ai rien contre le fait de l’entendre.
Elle n’eut pas besoin d’un autre encouragement.
– Eh bien, mon cher, sachez que, selon Mrs Long, un jeune homme très riche, originaire du nord de l’Angleterre, s’est installé à Netherfield ; il s’y est rendu lundi dernier en voiture de poste à quatre chevaux, et le domaine lui a tellement plu qu’il a immédiatement fait affaire avec Mr Morris. Il doit s’y installer dès la Saint-Michel, et quelques-uns de ses domestiques viendront à la fin de la semaine prochaine.
– Comment s’appelle-t-il ?
– Bingley.
– Est-il marié ou célibataire ?
– Oh ! Il est célibataire mon cher, cela ne fait aucun doute ! Un jeune homme seul et fortuné : quatre ou cinq mille livres de rente annuelle. Quelle aubaine pour nos filles !
– Ah bon ? En quoi cela peut-il les concerner ?
– Mon cher Mr Bennet, répondit sa femme, ce que vous pouvez être pénible ! Sachez que je pense à lui faire épouser l’une d’elle.
– Est-ce là son intention en venant s’établir ici ?
– Son intention ! Comment peut-on dire une bêtise pareille ! Toutefois, on peut parfaitement imaginer qu’il tombe amoureux de l’une de nos filles, et il faut donc que vous lui rendiez visite dès son arrivée.
– Je ne vois aucune nécessité à cela. Vous pouvez y aller avec vos filles, ou les y envoyer seules, ce qui serait peut-être encore mieux, car comme vous êtes tout aussi belle qu’elles, Mr Bingley s’entichera peut-être de vous.

Publicités

"

  1. Pingback: Premières lignes #113 – Ma Lecturothèque

  2. Pingback: Premières lignes #113 | Songes d'une Walkyrie

  3. Pingback: Premières lignes #114 – Ma Lecturothèque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s