Les plus belles mains de Delhi

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien :3 Je vous écris ce post en regardant la saison 2 de la série des Orphelins Baudelaire, je ne suis pas déçue pour l’instant… et en fait je suis en train de mater le dernier épisode, je vais devoir attendre la saison 3 maintenant ><

Nouvelle chronique littéraire ! Aujourd’hui je vous propose de parler du second livre que Pepparshoes du blog Sorbet-Kiwi m’a offert, à l’occasion de notre swap sur l’histoire du thé :3 Ce livre n’a pas un rapport direct avec le thé, mais avec l’un des pays où il est massivement produit, il s’agit de l’Inde ! Il s’agit d’un livre écrit par Mikael Bergstrand en 2016, et publié aux éditions Babel : Les Plus Belles Mains de Delhi. L’auteur est à la fois journaliste et écrivain, et a vécu plusieurs années à New Delhi, donc on peut être sûrs qu’il connaît son sujet (à moins qu’il ne soit resté enfermé dans une grotte, mais j’en doute !) Ce livre est son premier roman, mais deux ont suivi, et je pense que je vais essayer de me les procurer ^^

Résumé : Göran Borg, la cinquantaine, divorcé, vient de se faire licencier. Son ami Erik, animateur de voyages organisés, lui propose de changer d’air et de quitter un temps son Malmö gris et pluvieux pour l’accompagner en Inde. Là-bas, Göran découvre un autre monde. La foule, le bruit, la cuisine épicée, le taux de change de la couronne suédoise : un vrai choc ! Sa rencontre avec Preeti, qui tient un salon de beauté à New Delhi, lui fait retrouver sa fougue d’adolescent. Pour la séduire, il invente de petits mensonges qui vont l’entraîner dans une grande enquête politique. Une plongée pétillante et colorée dans l’Inde d’aujourd’hui, où un Européen désoeuvré va acquérir incidemment une conscience sociale et se construire une nouvelle vie exaltante.

Mon avis : 

La couverture est assez particulière, entre le voile gonflé par le vent, et le paysage qui défile depuis le train, comme s’il avait été brossé d’un seul coup par un pinceau. La femme semble perdue dans ses pensées, et il y a comme un contraste entre les murs gris et la couleur du sari et de l’herbe. Après tout, l’Inde est un vrai pays de contrastes. Ou alors peut-être qu’elle cherche un sens à donner à ce qu’elle voit ?

J’avais un peu peur je l’avoue en ouvrant le livre, Babel est une maison d’édition avec laquelle j’ai du mal >< Mais ce livre pourrait bien me faire changer d’avis ! L’écriture de Bergstrand est vraiment très agréable à lire, et surtout pleine d’humour et d’ironie comme j’aime ! J’ai adoré suivre Göran dans son périple rocambolesque en Inde, à la recherche d’un je-ne-sais-quoi qui lui offre une nouvelle vie.

Je devais avoir l’air bien pathétique, affalé sur mon canapé, devant mon écran plasma, avec mes cernes de déterré, à plonger inlassablement ma cuillère dans ces pots de carton rond. On aurait pu se croire dans l’adaptation ciné d’un roman de chick lit. Il y avait une différence, cependant : je n’étais pas une jeune femme en proie à des problèmes de poids naissants qui passait ses après-midi devant de mauvaises séries télé (et qui, on le savait depuis le début, allait finir par trouver son prince). J’étais un quinqua avec des problèmes de poids plus que naissants qui regardait des rediffusions de matchs de la Bundesliga sur Euro-sport (et qui ne finirait sûrement pas par trouver la moindre princesse).

Il y avait tant à découvrir dans ce livre sur l’Inde, je ne prétends pas que c’était une découverte exhaustive, mais je doute qu’on puisse découvrir tout cela en tant que simple touriste ! Depuis les ateliers de confection de tissus, jusqu’aux appartements dans les bas-quartiers, en passant par la fête de Hôli, que tout le monde connait par les publicités d’agence de voyage, mais personne ne sait exactement en quoi elle consiste XD C’est un pays qui peut sembler cruel, ou parfaitement insensé, et c’est incroyable autant pour Göran que pour le lecteur, quand on apprend qu’en fait tout est normal. Incroyable et triste dans un sens, mais on apprend aussi très vite que tout dépend du point de vue par lequel on aborde les choses. C’est autant une leçon de culture qu’une ouverture d’esprit.

Et on voit tout le contraste entre Göran, un Occidental pur jus, et Yogi, son guide et ami. Yogi semble déborder de positif, au point que c’en est parfois impossible ! Mais je l’adore, il est génial ^^ Tout semble possible pour lui, peu importe la situation, il voit tout du bon côté, et il est loin d’être inutile : au bout d’un moment, on ne compte plus les fois où il s’est rendu indispensable par ses contacts, sa gouaille, ses conseils. On pourrait même le prendre pour un ange gardien tant il aide Göran sans rien attendre en retour ! Il est à la fois drôle et attendrissant, dans sa manière de relier tout évènement ou personne à un élément du Panthéon indien… que j’adorerais étudier plus en détails mais qui semble incroyablement compliqué ! A côté de lui Göran semble un peu dépressif, ou bien plus réaliste.. et à côté Yogi semble capable de réaliser des miracles ! Mais Göran a beaucoup d’ironie, et il est tout aussi adorable dans l’amour qu’il porte à Preeti. D’elle je ne sais pas trop quoi dire, on la voit surtout à travers les yeux de Göran, donc elle semble être la femme parfaite. Je dirais que c’était surtout une femme qui s’ennuyait, mais elle est très loin d’être méchante, et en un sens elle me rappelle beaucoup Shemlaheila de Cueilleuse de thé : elle est la plus lucide finalement, sans l’enthousiasme débordant de Yogi, ni la passion adolescente de Göran. Elle me semble plus à plaindre qu’autre chose.

Pour conclure, l’écriture est drôle, mais surtout l’histoire est belle, un peu triste aussi ; on n’apprend ce que veut dire le titre qu’à la fin, et c’est une fin en demi-teinte. Mais j’ai vraiment aimé ce livre. On apprend, on découvre, on pense autrement. Il y a toujours plusieurs points de vue que l’on peut adopter, une sorte de troisième oeil bien plus concret, mais aussi plus subtil que celui qu’on a l’habitude de citer, en se moquant plus ou moins. Et c’est pour cette raison que je vous conseille ce livre :3 Ouvrez votre troisième oeil 😉

 

Publicités

"

  1. Je me disais bien que je prenais un risque en t’envoyant de la littérature contemporaine suédoise ^^ Je n’ai pas Grand Chose de Babel, et j’ai eu celui-ci a travers Livre-Moi(s) en fait ! Je suis d’accord sur la fin en demi-teinte, mais c’est parce qu’il y a une Suite 😀 Je l’ai dans ma PAL d’ailleurs ^^ C’est une Trilogie il me semble 🙂 La Suite est sortie en poche, du coup je me la suis procurée alors tu pourras peut-être la trouver chez Gibert ! C’est un mélange assez interessant, le style suédois qui parle de l’Inde en tous cas, et je suis super heureuse que tu aies aimé ! ❤ Je me garde les deux autres romans que tu m'as offert pour cet été, quand j'aurai un creux en SP ^^ Ca me fera du bien de les lire au soleil en plus 🙂

    • Tu as bien fait de prendre le risque ^^ Je vais essayer de me trouver la suite, quand j’aurais les sous 😛 Merci encore ❤
      J'ai hâte de savoir ce que tu en auras pensé :3

      • Chouette 😀 J’espère que tu vas aimer ce que j’ai trouvé pour notre prochain swap ! Après on a choisi des thèmes pas évident a trouver en Fantasy aussi ^^ En tous cas les deux Premiers ^^ (Le corbeaux y Aura de quoi faire ! je crois que je sais déjà quoi prendre ! :D)

      • J’hésite encore pour le corbeau, mais j’ai pioché deux-trois idées sur d’autres blogs ^^
        Et j’espère que tu vas aimer le prochain swap toi aussi :3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s