Premières lignes… #14

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.
Cette semaine un livre, un roman historique, que j’ai déjà chroniqué sur le blog. Il est certes très long mais il m’a beaucoup plu, et j’en garde encore un très bon souvenir :3

La masure lui tenait chaud comme un manteau en drap d’Espagne. Il l’avait avisée, à la sortie du bois de Nomeny, alors que le ciel crayeux avait crevé sur lui une armée de flocons neigeux, puis il avait tiré jusqu’à l’épuisement sur les rênes de sa mule qui refusait d’y entrer, et s’était écroulé, avec sa bête, devant l’âtre rempli d’une couverture de cendres froides. a son réveil, il avait constaté avec soulagement la présence d’un fagot de bois sec, qu’il s’était empressé de faire crépiter. Il serait temps, le lendemain, d’aller chercher quelques branches mortes afin de rendre le tas tel qu’il l’avait trouvé. L’habitation, tout en torchis, était inoccupé. Peut-être une famille qui avait fui au passage des troupes françaises. Ou de la disette, qui rôdait.
La Lorraine n’avait pas fière allure en cette fin de siècle, martyrisée par trente ans de guerre et d’occupation française, avec un clan ducal exilé en Autriche en campagne ouverte contre Louis XIV. Abandonnés à leur sort, les habitants payaient un lourd tribut au conflit, par l’enrôlement des leur dans la milice et les impôts levés dans tous les bailliages pour l’entretien des troupes.
Nicolas frotta ses mains avant de les présenter aux flammes généreuses. Il craignait plus que tout les engelures et les crevasses qui, en cette période, n’épargnaient pas les doigts, même s’il voyageait toujours les mains emmitouflées dans des manchons de laine. Elles étaient ses plus précieux outils. Plus encore que ses lancettes et ses ferrements.

Publicités

"

  1. Pingback: Premières lignes #105 – Ma Lecturothèque

  2. Pingback: Premières lignes #105 | Songes d'une Walkyrie

  3. Pingback: Premières lignes #106 | Songes d'une Walkyrie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s