Une chance de trop

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens, j’espère que vous allez bien :3 Je rédige cet article à chaud, mais vous ne le verrez que dans 3 semaines si mes calculs sont exacts, j’ai enfin réussi à maîtriser la fonction de planification des articles XD Mais ça va être bien, plus d’articles en retard maintenant ! Et ne croyez surtout pas que je ne lis pas vos commentaires, ils sont tous très importants pour moi, et je vous fais de gros bisous à tous même si vous ne commentez pas 😉

Nouvelle chronique littéraire ^^ Un livre que j’ai reçu pour Noël de la part d’un pote de prépa (bises à toi Julien !), un policier d’un auteur qui a maintenant fait ses preuves et qu’on connaît bien, Harlan Coben. Il s’agit d’Une chance de trop, écrit en 2005. Je vous avais déjà publié les premières lignes du livre dans un post précédent. Le livre a tellement bien marché qu’il a été adapté en une série de 6 épisodes en 2015, avec Alexandra Lamy dans le rôle principal. Ca me perturbe un peu vu que le personnage principal est censé être un homme, les implications ne me semblent pas être tout à fait les mêmes, surtout vis-à-vis de la fin. Mais la série a apparemment reçu d’excellentes critiques, et du coup j’ai bien envie de la voir ! Une partie de moi serait aussi curieuse de voir Alexandra Lamy jouer autre chose que son personnage dans Un gars une fille ^^

Résume : La vie de Marc Seidman, chirurgien plastique dans une banlieue paisible de New York, bascule le jour où il s’écroule dans sa cuisine, touché par deux balles de revolver. Lorsqu’il se réveille douze jours plus tard à l’hôpital, il apprend que sa femme a été tuée au cours de l’agression et que Tara, sa petite fille de six mois à peine, a disparu.
Une demande de rançon lui parvient bientôt. Malgré ses réticences, Marc prévient la police et réunit les fonds. Malheureusement, la confrontation échoue : les ravisseurs s’emparent des deux millions de dollars et disparaissent dans la nature.
Désespéré, il se lance alors dans une lutte acharnée pour retrouver sa fille, aidé par Rachel Mills, son amour de jeunesse, ancien agent du FBI…

Mon avis : 

Une couverture somme toute assez sobre, le problème que j’ai avec est tout personnel, c’est juste qu’elle me fait mourir de rire, et du coup je n’étais pas dans l’ambiance adéquate : elle m’a fait furieusement penser à un fait divers, une automobiliste dans sa petite titine qui, parce qu’elle n’avait pas de sous pour le péage, a décidé de rebrousser chemin jusque chez elle en roulant à contresens sur l’autoroute. Je sais bien que la couverture est censée représentée une course-poursuite en bagnole, mais nope, ça marche pas XD

J’ai déjà lu du Harlan Coben, et j’en garde un très bon souvenir. Et j’ai retrouvé cette même écriture à la fois calme, méthodique et nerveuse, une plume qui sait installer le suspense et faire durer le plaisir ^^ J’ai passé un très bon moment à lire ce livre, et à vrai dire j’étais dans un moment où j’avais VRAIMENT besoin d’un bouquin pour m’oublier ! Le résultat des courses c’est que j’ai un peu trop lâché prise, et j’ai lu tout le livre quasiment d’une traite 😀 L’enquête est très bien menée, on a le temps de faire ses propres suppositions, jusqu’à ce que l’auteur les démonte magistralement, c’est par-fait ! Les rebondissements sont très bien amenés et parfaitement crédibles, la réflexion autour de l’enquête et de sa résolution est présente et fait plaisir à voir.

Pas de personnages clichés non plus, c’est ce qui m’inquiète le plus maintenant quand je lis un polar. Mais ici, tous les personnages sont cohérents et pas forcément attendus, et j’arrive à m’attacher à eux sans trop de problèmes 🙂 Marc est un très bon perso à suivre, j’étais peut-être un peu déroutée au départ par le fait que ce soit le seul à avoir droit à une une narration à la première personne, tandis que les autres personnages que l’on suit ont une narration toujours interne mais à la 3ème personne. Au final, le choix me paraît cohérent, c’est à Marc qu’on doit s’identifier, et Coben maîtrise très bien la chose. Et une autre chose qui a été dosée nickel, c’est le personnage de Rachel, et surtout la perception qu’en a le lecteur : elle est complexe, et on se pose beaucoup de questions. J’ai beaucoup apprécié les coups d’oeil sur les deux méchants :3

Et pour finir, chapeau bas sur la fin, Coben n’a pas choisi la facilité d’une embrassade générale, mais au final tout le monde y trouve son compte, le lecteur compris ! Donc un livre très sympa, que je recommande vivement à tous ceux qui veulent un polar, pour quelque raison que ce soit… enfin ptet pas comme cale-porte parce qu’il y a un respect, ni comme arme de frappe, il est pas assez lourd 😀 Mais sinon, il est génial, lisez-le sans plus attendre !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s