Premières lignes… #4

Par défaut

Nouveau dimanche, nouvelle découverte ! Je continue le rendez-vous que j’ai trouvé chez Book & share, et inauguré par le blog Ma Lecturothèque 🙂 Le principe de ce post est de prendre un livre chaque semaine pour vous en citer les premières lignes.

Le 6 décembre 1870, jour de la Saint-Nicolas, un homme de haute taille, aux vêtements de bonne coupe, crottés et fatigués, entrait dans Beaune-la-Rolande. La nuit était tombée, il neigeait. Gaston Bazille marchait depuis deux jours. Venant de Montpellier, il était descendu la veille en gare de Gien et avait traversé la région où campaient les troupes qui huit jours avant avaient livré bataille devant la petite ville. L’armée française formée sur la Loire par le gouvernement de la jeune République, après la débâcle de Sedan et la déchéance de l’Empereur, avait tenté à cet endroit de forcer les lignes allemandes et d’ouvrir la route de Paris assiégé depuis trois mois. Elle avait échoué, et laissé de nombreux morts sur le champ de bataille resté aux mains des Prussiens.

De Gien, après la forêt d’Orléans, le voyageur avait traversé le Gâtinais que l’hiver faisait paraître plus désolé encore. Entre les pâtures à moutons et les bosquets, que parcouraient les volées de corneilles et de choucas, il n’avait croisé que des éléments de l’armée battue. Des isolés, maraudeurs et déserteurs cherchant pitance et bonne fortune, des blessés, des unités qui n’avaient pas donné, en bon ordre, d’autre en se reformant, des patrouilles et des sentinelles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s