Un peu de peinture douce : Baigneuse assise

Par défaut

Bien le bonjour bande de gens ! J’espère que vous allez bien 🙂 Nouveau samedi, nouvel article, et cette fois-ci pas de poésie, mais de la peinture ! Encore une fois, je n’ai pas la prétention de savoir parfaitement critiquer une peinture ou même de l’analyser, mais je veux vous faire partager un tableau qui m’a énormément plu, et les impressions que j’en ai eu ^^ Ici, il s’agit du tableau d’un peintre que j’aime énormément, Renoir. Pierre-Auguste Renoir est né en 1841 et mort en 1919. Membre du groupe des impressionnistes, il évolue ensuite sous l’influence du peintre Raphaël du XVème siècle (j’en profite pour vous conseiller les peintures des peintres pré-raphaélites, certaines sont magnifiques !) Il a été peintre de nus, de portraits, paysages, marines, natures mortes et scènes de genre, pastelliste, graveur, lithographe, sculpteur et dessinateur ; il est cependant plus intéressé par les nus de femmes et les portraits que par les paysages, et il a fini par élaborer une façon très originale de peindre. Renoir a peint énormément de Baigneuses assises, avec des couleurs, des positions et des cadres différents, mais celle de 1892 est vraiment une de mes préférées ^^

J’aime énormément le style de Renoir, ses coups de pinceaux tout en douceur et veloutés, surtout pour peindre les chevelures et les visages ^^ C’est le cas ici, j’adore les nuances et la couleur doré des cheveux de la baigneuse, leur légèreté. Le fond y fait écho, et me fait furieusement penser au style impressionniste dans sa manière de rendre les arbres, comme si une légère brise les agitait ; je pense que ce sont des saules pleureurs, mais je n’en suis pas sûre ^^’ . Les dominantes de vert et de jaune sont adoucies, presque pastel, et encadrent la tache claire du corps. Toute la scène est en arrondis, elle respire la douceur, mais ce que j’aime par-dessus tout, c’est la baigneuse. Son corps est celui d’une femme adulte, avec de belles courbes, mais son visage est encore très juvénile : elle a encore les rondeurs de l’enfance dans ses joues rouges. Pour le coup, le terme « sensuel » prend toute sa signification : le tableau fait appel à la vue, à l’ouïe et à l’odorat pour le vent dans les feuilles, le toucher pour la peau et le tissu sur lequel la baigneuse est assise. Les traits de son nez, de sa bouche et de ses yeux sont tout en délicatesse, elle a l’air pensive, entre la joie et la mélancolie peut-être ? Elle est magnifique :3

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s