L’Effroyable Encyclopédie des Revenants

Par défaut

Esprit de mon lecteur, si tu es là clique trois fois ! Yo tout le monde, j’espère que vous allez bien ! Aujourd’hui, on revient aux classiques, avec un livre dont je voulais vous parler depuis très très longtemps :3

501 EFFROYABLE ENCYCLOPEDIE DES REVENANTS[BD].inddPour aujourd’hui, je vous propose une chronique d’un livre que j’ai reçu pour Noël, et qui était sur ma liste depuis très longtemps  ! (merci Maman ❤ ) Il s’agit de L’Effroyable Encyclopédie des Revenants, écrite par Pierre Dubois et illustrée par Carine M. et Elian Black’Mor. Si les noms vous disent quelque chose, c’est qu’ils ont déjà réalisé plusieurs autres livres, et surtout L’Epouvantable Encyclopédie des Fantômes, un vrai petit bijou ! L’encyclopédie des revenants vient après celle des fantômes, mais les deux peuvent très bien se lire indépendamment.

Résumé : Vous savez à peu près tout sur les fantômes ? Bien… Il est temps maintenant de passer à une autre espèce d’ectoplasmes : les revenants. Plus sombres, plus méchants et plus vicieux, ils font même peur aux fantômes. Car si ces derniers sont au grenier, les revenants sont à la cave. Enfin presque. Car, en ces lieux d’effroi et avec ceux qui les hantent, rien – hormis les têtes – n’est jamais nettement tranché…

Mon avis : Coup de ❤ 

Vous savez, parfois les livres se divisent en deux catégories : il y a les livres de tous les jours, coups de coeur ou non, qui vous embarquent plus que vous ne les embarquez, quels que soit l’endroit, le bruit, le moment. Et puis il y a les beaux livres, pour lesquels ça ne suffit pas. Quand le ou les auteurs font l’effort de faire un beau livre, j’estime que le lecteur doit lui aussi faire un effort pour se mettre en condition. Quand j’ai un beau livre, je ne sais pas pour vous, mais moi je passe toujours des heures à lisser la couverture, à le feuilleter, à le manipuler avant de commencer à le lire ; et croyez-moi ou non, je traite mieux mes beaux livres que mes poupées quand j’étais petite ^^’ Et surtout, je me mets en condition pour le lire : personne et aucun bruit, minimum 2 heures devant moi, dans un endroit tout confort, fusil à pompes chargé pour les éventuels indiscrets, etc 🙂 Quand c’est un livre de fantômes surtout, et c’est le plus important, je me fous sous la couette avec juste une petite loupiote, la porte et les volets bien fermés !

C’est ce que j’ai fait, et je m’en félicite encore ! Tout d’abord, le livre est vraiment magnifique, chaque page est soignée, avec son lot de dessins ou de fonds sombres, et des effets de parchemin. Les dessins pleine page sont à tomber par terre, ils sont absolument splendides, plein de détails et d’une atmosphère macabre à souhait. En pleine lumière c’est beau, dans la pénombre d’une simple lampe de chevet, c’est magique, et surtout surtout, parfois les pages ont des effets d’ombre : je ne vous en dit pas plus, si ce n’est que ça m’a vraiment marquée. Quand je vous disais que les conditions de lecture étaient importantes !

Le point d’orgue, c’est la plume de Pierre Dubois, absolument délicieuse et lugubre. Il y a un vrai travail sur les mots, sur la sonorité ; parfois on redécouvre des mots désuets, que l’on comprend très bien, et qui donnent un doux charme suranné au livre. Et quand il raconte des témoignages, il s’adapte au langage de celui qui raconte, aristocrate ou simple paysan. Bon Dieu c’est officiel, je vénère ce type, donnez-lui un prix Nobel !!! J’adore vraiment l’enchaînement des récits et des explications, à tel point que le mot « encyclopédie » prend vraiment un autre sens quand je lis ce livre. J’avais déjà fait un article sur le précédent livre, L’Epouvantable Encyclopédie des Fantômes : il a les mêmes qualités, c’est un vrai bonheur livresque, et celui sur les revenants est en tout point un digne héritier.  Et il faut savoir que les théories sont loin d’être lancées en l’air, elles se basent sur une grande bibliographie, parfois fantastique a priori, mais on trouve aussi des livres comme celui du célèbre historien Jacques Le Goff sur la naissance du Purgatoire.

Bref, les mots me font défaut pour vous dire à quel point ces deux livres sont de pures merveilles, et c’est qui me fait d’autant plus regretter d’avoir loupé à un poil de crevette la dédicace pour le premier ! Je vous souhaite vraiment de les découvrir :3

"

  1. Pingback: Festival de la BD d’Angoulême, édition 2020 du Krakhâge Total | Coeur d'encre 595

  2. Pingback: Les Maudits | Coeur d'encre 595

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s