Délices

Par défaut

Bien le bonjour tout le monde ! J’espère que vous allez bien ! Aujourd’hui, chronique un peu particulière, le livre que j’ai lu m’a fait beaucoup repenser à certaines choses et j’ai envie de les partager avec vous 🙂 Il s’agit d’un des livres que m’a offert Pepparshoes du blog Sorbert-Kiwi pour notre swap Chocolat (encore merci à toi, j’aurai toujours une petite pensée pour toi quand je mangerai du chocolat !) : Délices, de Lucy Knisley.
delices-ma-vie-en-cuisineC’est une bande dessinée sur la cuisine, l’auteure raconte son enfance jusqu’au début de l’âge adulte, et c’est un récit très culinaire, puisqu’elle a grandi avec non pas des parents cuisiniers mais une famille gastronome toute entière ! Une vraie chance pour ouvrir ses papilles aux saveurs. C’est un témoignage émouvant, plein de souvenirs, et en même temps qui vous donne follement envie de cuisiner ! Les dessins sont simples (enfin façon de parler, c’est simple à voir mais pas à faire, je sais de quoi je parle), efficaces, et le petit plus : colorés ! C’est beaucoup plus vivant que si ça avait été simplement écrit, beaucoup plus parlant en terme d’émotions et même de saveurs : voir du cantal dans cette BD, c’est autre chose que s’il avait été simplement écrit ! Elle a pu faire pas mal de voyages pendant sa jeunesse, le Mexique, le Japon, même un tour d’Europe ! La chance ^^ Le Japon est un grand rêve pour moi, mais en même temps il me fait très peur, et je ne veux pas y aller seule. En fait, quel voyage est divertissant quand on est seul ? Si j’arrive à dégotter mon job d’été cette année, l’été prochain j’irai en Italie avec les sous, et je serai peut-être avec une amie qui est comme moi, tombée amoureuse de la langue et du pays :3
Ce livre m’a donc donnée une grosse envie de cuisiner, surtout qu’il y a quelques recettes et conseils de cuisine intercalés avec les chapitres. Je me sens un peu coupable vis à vis de la cuisine et des gens qui savent cuisiner en fait. Jusqu’à ce que je monte à Paris, c’était surtout ma mère et parfois mon père qui cuisinaient, et je n’approchais les fourneaux que pour me faire du lait ou du thé. Résultat des courses, au début de l’année je n’avais du faire en tout et pour tout que 2 fois des pâtes dans ma vie… ratées. Oui, je sais, à presque 18 ans c’était honteux, surtout que jusqu’à janvier j’ai habité avec mon oncle et ma tante qui sont des gourmets en puissance, et que malgré les quelques conseils glanés, j’étais préoccupée par la prépa et morte de honte à l’idée de toucher une casserole et de montrer à quel point j’étais une empotée (c’est toujours le cas aujourd’hui d’ailleurs ^^.
Maintenant que je suis dans mon appart, j’apprivoise deux vieilles plaques électriques rouillées, le four micro-ondes est utilisé abondamment, mais au moins j’ai passé le cap et j’arrive à me sustenter, et correctement en plus ! J’aimerai pouvoir cuisiner et tenter des recettes, mais le gros problème que j’ai, c’est que je suis une angoissée de la vie : mon panicomètre peut grimper en deux dixièmes de seconde, montre en main. Et je veux faire de la cuisine à tête reposée… du moins au début, je termine toujours mes nouvelles recettes (j’en ai quand même, surtout du sucré) en jurant à faire rougir un charretier, et en plusieurs langues (soyons honnêtes : les jurons, c’est la première chose qu’on veut apprendre, et on y excelle). Concrètement, si je cuisine, je veux la journée de libre, de l’espace, de la musique qui met la pêche et personne dans mes pattes (ou éventuellement quelqu’un pas loin que je puisse appeler si ça vire à la catastrophe).
Ce que j’ai beaucoup aimé dans cette BD aussi, c’est le rapport entre l’auteure et sa mère, très culinaire mais aussi très touchant, elles ont vraiment eu de super moments ensemble et c’est chouette à voir et à lire. Je n’ai pas vraiment eu de moments comme ça autour de la cuisinière avec mes parents, sauf quand ma mère faisait le gâteau au chocolat et que je sautais sur la casserole pour la lécher… quand j’y arrivais, parce qu’il fallait passer mes deux frères et ma soeur, le plus jeune de 8 ans mon aîné ! Maintenant qu’il ne sont plus à la maison, c’est tout bénèf pour bibi, même s’il manque le charme de la dispute pour savoir qui a la cuillère.
Ma mère est aussi une stressée, et elle n’a pas plus que ça le gène de la toque, mais très clairement, quand elle s’y met, mamma mia ! ses hauts de cuisse de poulet sont les meilleurs que j’ai jamais mangé, et je ne parle pas de ses crêpes 🙂 Mon père est un minutieux : peu aux fourneaux à cause de son boulot, quand il s’y met on est sûr d’avoir un plat original, pensé, et présenté agréablement avec ça ! Mon frangin a récemment développé un gout pour la cuisine de son côté, et il cherche souvent de nouvelles recettes sur Internet. Son crumble aux pommes est une tuerie ! J’adorerais pouvoir passer une journée entière en cuisine avec lui ! Je n’ai pas beaucoup de souvenirs de mon deuxième frangin en cuisine, mais on ne le voit pas souvent malheureusement. Les deux souvenirs que j’ai de ma soeur en cuisine se résument à deux mots : tarte et smarties ! La tarte pour la tarte courgette tomate feta que je maîtrise maintenant grâce à elle et dont je suis ultra fière ; les smarties parce que ma soeur est une psychopathe des bonbons (et je ne plaisante pas cette fois, elle peut en ramener 2 kilos et tout manger en une semaine), et quand elle fait un gâteau au chocolat pour les anniversaires de ses deux petits monstres… euh garçons, elle place les smarties sur le gâteau avec une minutie de démineur. Véritable anecdote, une fois, elle a mis une heure entière à les placer !

Bref, c’est un super livre, je vous le conseille ! Et vous, c’est quoi votre expérience de la cuisine ?

"

  1. Tu m’as bien fait rire avec tes anecdotes culinaires ! J’étais un peu comme toi en quittant la maison familiale, j’ai dû appeler ma mère pour savoir si une boîte de haricots verts se réchauffait avec de l’eau ou pas !
    Sans être une as des fourneaux (ma minuscule cuisine n’y est pas très propice), je me débrouille pour tout ce qui est quiche/cakes/tartes et j’aime beaucoup faire des gâteaux. Ma recette à moi c’est la tarte mangue-chocolat. 😛

  2. Je suis très contente qu’il t’ait autant plu et fait revivre de chouettes souvenirs 🙂 J’avais énormément aimé, et il entre parfaitement bien dans le thème du swap ^^

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s